En hébreu, signifie : la joie de se mère / son père.

1. Qui était cette femme ?

Abigaïl était la femme d’un homme riche mais dur appelé Nabal. Elle était intelligente et humble. Elle était aussi belle sur le plan physique que sur le plan spirituel. 1S 25:3  “Le nom de cet homme était Nabal et sa femme s’appelait Abigaïl. C’était une femme pleine de bon sens et très belle, tandis que son mari était dur et méchant dans sa manière d’agir. Il descendait de Caleb.” .

Abigaïl faisait preuve de sensibilité dans la gestion de son foyer, malgré un mari méchant et malhonnête.

2. Dans quels livres la trouve-t-on ?

Abigaïl est mentionnée dans les livres suivants :

3. Quels sont les faits marquants de la vie d’Abigaïl ?

Elle était l’épouse de Nabal, un homme très riche qui possédait des biens à Carmel : il avait 3000 brebis et 1000 chèvres.

Nabal portait bien son nom qui signifiait en hébreu “sot, insensé, rustre”.

L’histoire nous démontre qu’Abigaïl avait plus d’aptitudes à gérer les biens de son époux alors que ce dernier ne faisait aucun cas d’elle. Nabal ne réalisait pas qu’Abigaïl était probablement la meilleure épouse qu’il puisse avoir.

Un jour, alors que Nabal allait faire tondre ses brebis, David lui envoie 10 jeunes gens pour le saluer et protéger ses employés dans les champs. En échange, il demande de la nourriture pour lui et ses serviteurs, ce qui était à l’époque les règles de l’hospitalité. Or, Nabal rejette violemment la demande de David bien que, étant très riche, il aurait pu facilement respecter cette règle. Les hommes de David rebroussèrent chemin et lui répétèrent à leur arrivée toutes les paroles de Nabal. Dans un désir de vengeance, David part avec environ 400 hommes, armés de leurs épées, pour tuer les hommes qui appartiennent à Nabal.

Prévenue par un des serviteurs de Nabal, Abigaïl, sans rien dire à son mari, réagit rapidement afin d’éviter des ennuis. Elle ne ménage pas ses efforts. Elle prend aussitôt 200 pains, 2 outres de vin, 5 brebis toutes préparées, 5 mesures de grain rôti, 100 gâteaux aux raisins secs et 200 aux figues sèches. Elle charge tout cela sur des ânes et part à dos d’âne à la rencontre de David. À la vue de David, Abigaïl descend de l’âne, tombe devant lui et se prosterne contre terre. Dans les paroles qu’elle prononce à David, Abigaïl laisse toute possibilité à Dieu d’intervenir. (1S 25 :26 ; 1S 25:28 à 31). Elle va jusqu’à s’accuser d’une faute qu’elle n’a pas commise (1S 25 :24-25).

Après une habile négociation, elle arrive à empêcher David de se venger de Nabal. David accepte également ce qu’Abigaïl lui avait apporté.

À son retour, Abigaïl vit Nabal en train de faire un festin digne d’un roi. Il était complètement ivre. Sans dire un mot, Abigaïl attendit le matin que l’ivresse de Nabal soit dissipée et lui raconta ce qui s’était passé. Ce fut un coup mortel pour le coeur de Nabal : il devint aussi inerte qu’une pierre. Environ 10 jours après, l’Éternel frappa Nabal et il mourut.

Apprenant que Nabal était mort, David bénit l’Éternel et par la suite épousa Abigaïl. (1S 25 :39 à 42)

4. En quoi est-ce que c’est une femme de valeur ?

Conclusion :

L’histoire d’Abigaïl nous permet d’en tirer les leçons suivantes :

Les situations difficiles doivent nous pousser à donner le meilleur de nous-mêmes.

Nous devons apprendre à avoir une vision globale des choses afin d’agir au mieux et en étant soumis à l’autorité de Dieu.

Nous devons faire preuve de loyauté sans pour autant être aveugle à la réalité. Il n’est pas nécessaire d’avoir un titre prestigieux pour jouer un rôle important dans une situation délicate.

Même quand nous nous croyons dans notre droit, prenons la peine d’écouter le conseil d’autrui.

Ce temps et cet effort supplémentaire peuvent nous épargner des souffrances et des problèmes à long terme.

« Bénie sois-tu pour ta sagesse et bénie sois-tu, toi qui en ce jour m’as empêché d’en venir au sang et de me faire justice par ma main ! »

1 Samuel 25:33