Le sanctuaire céleste

Posté le dans Étude de la Bible en vidéo (Leçon de l'école du sabbat)

Le sanctuaire céleste

Nouveau trimestre, nouveau thème pour l’étude biblique. Pour les trois prochains mois, nous allons aborder un thème capital dans la Bible : le sanctuaire.

C’est Renseg Mentor qui anime cette première leçon de l’école du sabbat entouré du pasteur Jean-Jack Chafograck et du pasteur Charly Réson.

Le sanctuaire est principalement décrit dans l’Ancien Testament. Seul Paul en parle dans son épitre aux Hébreux dans le Nouveau Testament.

Pour l’Église adventiste, ce thème est central. Pourquoi nous intéressons-nous autant au sanctuaire ? Nous savons que Jésus s’identifie aux ustensiles qui composent le sanctuaire terrestre qui se trouvait au milieu du campement des Israélites pendant leur exode. Le sanctuaire construit sous Moïse reste un enseignement clé de la religion chrétienne puisque tout ce qui le compose préfigure le Messie qui devait venir pour ôter les péchés du monde. Le Christ incarne donc ce sanctuaire, lieu de rencontre pour tous les croyants. Voilà pourquoi ce sujet est essentiel.

Dans l’expression sanctuaire céleste, il y a une notion de ciel. Beaucoup de monde se posent la question suivante : « Où Dieu habite-t-il ? ». Cette question est légitime. Est-ce un anthropomorphisme causé par notre finitude qui nous emmène à limiter Dieu dans une demeure de la même manière que nous ? Le pasteur Réson y répond (à 9min56s) en se référant au texte d’Apocalypse 4:1-2.

Après cela, je regardai, et voici, une porte était ouverte dans le ciel. La première voix que j’avais entendue, comme le son d’une trompette, et qui me parlait, dit: Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite. Aussitôt je fus saisi par l’Esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu’un était assis. Apocalypse 4:1-2

Dans ce passage, vision de Jean, nous avons bien la preuve d’un emplacement particulier où Dieu siège. De plus nous connaissons plusieurs références vétérotestamentaires et néotestamentaires où il est question d’un Dieu qui réside dans le ciel (Psaumes 14:2, 73:25 Ecclésiaste 5:1b, Ésaïe 66:1). Cela signifie-t-il que l’omniprésence de Dieu n’a plus de sens ? Est-il déconnecté de la réalité terrestre puisqu’il siège dans un lieu précis ?