Au bord du puits

Posté le dans Choisy-le-Roi

Au bord du puits

Une femme de Samarie vint puiser de l’eau. Jésus lui dit : Donne-moi à boire. (Jean 4 verset 7)

Alors que Jésus traverse la Samarie en direction de la Galilée, il s’assoit près du puits de Jacob à Sichem (Genèse 33 versets 18 à 20), à la 6ème heure. Il s’agissait d’une heure où le soleil tapait très fort. Le puits était donc supposé être désert. En ce temps-là, les femmes privilégiaient les moments où la chaleur était moins accablante pour aller puiser de l’eau. Elles préféraient le matin ou le soir pour aller puiser de l’eau et en profitaient pour rencontrer les autres femmes. Elles partageaient des anecdotes et des rires. Mais voici qu’à l’heure la plus chaude de la journée, Jésus rencontre une femme venue puiser de l’eau. Pourquoi vient-elle chercher de l’eau sous la chaleur forte et non pas à la même heure que les autres femmes? C’est parce qu’elle savait qu’à midi elle serait seule. Ce raisonnement ne pouvait s’expliquer que d’une seule manière : elle avait peur de rencontrer les autres femmes…

Elle avait peur car cette femme était connue pour son mode de vie et ses péchés. Et Jésus, voyant cette femme venue puiser de l’eau à une heure où elle espérait, de toute évidence, ne croiser personne, lui demanda de l’eau. Aucun Juif respectable n’aurait osé lui parler. D’autant plus que juifs et samaritains ne partageaient que haine. Mais Jésus va au-delà de cette haine farouche et lui demande à boire. Cette demande n’est pas le fruit d’une erreur. Jésus avait déjà compris de quel type de femme il s’agissait. Et pourtant, il lui demanda à boire alors que tout dans le contexte aurait dû le pousser à ne pas lui adresser la parole.

Mais Jésus ne s’arrête pas là, il lui offre une eau exceptionnelle, une eau meilleure, une eau permettant de ne plus avoir soif. Et quand Jésus lui propose de boire cette eau merveilleuse, bien sur qu’elle en veut ! Car elle y voit l’opportunité de ne plus aller chercher de l’eau au puits et donc un moyen de se faciliter la vie. Mais Jésus met à jour ce qu’elle a cru pouvoir cacher; son péché.

Comme cette femme, nous cherchons notre propre intérêt lorsque Dieu nous propose de l’eau de vie. Nous allons vers des citernes crevassées (Jérémie 2 versets 12 et 13).