Notre seule sauvegarde

Posté le dans Alfortville

Notre seule sauvegarde

Le samedi 24 novembre, le groupe d’Alfortville était heureux d’accueillir Olivier Yenkamala, ancien de l’église de Paris-Sud et responsable fédéral du département de la Gestion chrétienne de la vie. Il  introduisit la 7ème présentation du Grand Espoir par la déclaration : « Les Écritures, notre sauvegarde ». Les mots ont un sens profond, un poids lourd. Nous mésestimons la puissance des mots. Ils ont un impact sur nous, nous perturbent, jouent sur nos émotions. Citons des exemples de mots d’un parent à son enfant : « Tu es un bon à rien » ou « Je suis fier de toi ».

Quel est le pouvoir des mots ? Si nos propres mots ont un pouvoir, à plus forte raison, les mots de la Parole de Dieu. Ces mots peuvent nous encourager, nous consoler, nous guider. Lorsqu’il y a « Ainsi parle l’Éternel », il faut être attentif. Nombres 23.19 :

Dieu n’est point un homme pour mentir, ni fils d’un homme pour se repentir. Ce qu’il a dit, ne le fera-t-il pas ? Ce qu’il a déclaré, ne l’exécutera-t il pas ?

Connaître les Écritures, est une chose. Comprendre les Écritures, est une chose. Mettre en pratique, vivre les Écritures, est une chose. Jacques 4.17 :

Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché.

Dans la Bible, nous avons une mine d’or spirituel. La Parole de Dieu est multifonction. Elle nous conduit vers la renaissance, nous régénère, nous conseille (Ps. 119 : 101-104), nous apporte du réconfort (Ps. 15 : 4), nous mène au bonheur (Josué 1 : 8).

Pouvons-nous dire, en 2012, que cette Parole est notre sauvegarde ? Lisons simplement un texte et regardons son effet sur nous. Comme un parachute, il faut l’ouvrir pour qu’il soit efficace. Apprendre à lire, à étudier, à s’approprier la Parole sera notre seule sauvegarde. Psaumes 119 : 105 :

Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier.

Claire J.