Je t’aime Seigneur, le chant d’amour imparfait

Posté le dans Exhortations

Je t’aime Seigneur, le chant d’amour imparfait

Mon enfant, m’aimes-tu ?

Oui, je t’aime Seigneur ! Et je t’ai toujours aimé ! Te souviens-tu de mon enfance Seigneur ? Quand j’étais si jeune que je n’avais aucun problème et que je voyais le monde avec des yeux naïfs ? Je ne connaissais pas le doute en ce temps-là…

Te souviens-tu comme je t’aimais fort ? J’étais tellement heureuse quand je réalisais que le moment du sabbat était venu !

Te souviens-tu Seigneur comme je parlais de toi avec foi,certitude et confiance ? Personne n’aurait pu me faire douter de toi ! Tu étais réel pour moi. Aussi réel que mes parents ou mes amis. Tu faisais partie de ma vie.

Comme je t’aimais fort en ce temps-là…

Oui, je me souviens, dans ton enfance, ton amour pour moi était grand et sincère. Tu ne le savais pas, mais tu avais vraiment la foi !

Aujourd’hui, mon enfant, m’aimes-tu toujours autant ?

Mais tu sais Seigneur, ce n’est pas aussi simple que ça ! Je ne suis plus une enfant à présent ! Seigneur, j’ai grandi ! Et j’ai appris, le doute, la souffrance et la déception. J’ai appris le mal. Et j’y ai pris goût parfois.

Je sais que j’ai douté de ton existence et remis en question ton amour pour moi. Seigneur, je t’en ai voulu d’être venue dans ce monde !

J’étais en colère contre toi! Je t’ai tourné le dos et j’avais honte de toi.Je t’ai ignoré…

Mais malgré tout, toi, tu ne m’as pas abandonné ! Tu m’as consolé, tu as fait preuve de patience et tu m’as expliqué à quel point tu m’aimais. Tu as donné un sens à ma vie Seigneur.

Aujourd’hui, je sais que tu m’aimes  et c’est pourquoi je t’aime tant.

C’est le chant d’amour de l’Homme méchant, colérique et lâche. Mais c’est un chant d’amour quand même !

Je me souviens de cette époque de ta vie. Tu ne le voyais pas. Mais je souffrais avec toi. Je ressentais tes incertitudes et tes peurs. Et j’avais mal pour toi. Je ne pouvais pas te laisser souffrir ainsi. Tu avais besoin de redécouvrir mon amour !

Maintenant que tu connais la force de mon amour, m’aimes-tu plus fort ?

Oui,mais Seigneur, à présent, je suis adulte !

Les choses ne sont plus aussi simples tu sais ! Je pensais qu’une fois que je me serais donnée à toi, tout serait naturel pour moi! Je pensais que je changerais instantanément.

Mais tu as bien vu Seigneur !J’ai connu la tentation. Et j’y ai cédé… J’y ai cédé tant de fois !

Je voulais être quelqu’un de bien et tu le sais. Je sais que je devrais m’appuyer sur toi, mais ce n’est pas évident ou naturel de lâcher prise comme ça.

Et quand tout va bien pour moi,je sais que j’oublie que c’est à toi que je le dois. J’oublie de te louer, j’oublie de te remercier. J’oublie même de te prier !

Mais Seigneur, tu me rappelles à quel point tu m’aimes. Et là, j’en ai le souffle coupé ! Et dans ces moments-là Seigneur, qu’est-ce que je t’aime ! Je t’aime tellement fort que je voudrais le crier !

C’est le cri d’amour de l’Homme infidèle, ingrat et imparfait. Mais c’est un cri d’amour quand même…

Du chemin, j’en ai fait Seigneur ! Aujourd’hui, membre de ton église, à ton service, je suis l’objet de tes bons soins, j’en suis consciente.

Mais malgré cela, je ne suis pas toujours pas à la hauteur !

Pourtant, tu m’interpelles, tu m’enseignes, tu me formes et m’encourages à me préparer pour ma nouvelle demeure que tu es allé me préparer.

Alors que je devrais vouer ma vie à te laisser me guider, je maugrée, je me rebelle. Pendant tout un trimestre, tu m’as pourtant invité à me réveiller, à réformer mes voies, à opérer des changements importants : « Car je reviens très bientôt », m’as-tu rappelé.

En retour, je m’enfonce plus profondément dans mon petit confort.

Pas un instant, je me suis demandé si tous ces projets novateurs, ces changements initiés par-ci par-là, n’ont pour but de contribuer à l’efficacité de la propagation de ton évangile et le salut du plus grand nombre.

Vois-tu Seigneur, je n’aime pas les bouleversements ! Je t’aime, mais, tu devrais comprendre que je suis habituée à faire ainsi. Pourquoi obligatoirement amorcer une réforme, cela fait des années que je fonctionne ainsi, ça m’arrangeait !

Tu viens bousculer mes habitudes.

Cher enfant M’aimes-tu ? Me fais-tu confiance ?

Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime !

Écoute bien la question : M’aimes-tu ?

Oui, Seigneur Jésus, je t’aime.

M’aimes-tu vraiment?

Seigneur, tu sais que je t’aime. C’est certes le cri d’amour de l’Homme méchant, colérique, lâche,infidèle, ingrat et imparfait. Mais c’est mon cri d’amour !

Jésus Je t’aime!

Je t’aime seigneur.

Combien de fois adressons-nous ces paroles à notre Dieu ? Combien de fois par jour ? Combien de fois par semaine ?

Est-ce qu’il nous arrive de lui parler simplement pour lui exprimer de l’amour, sans rien lui demander ?

Dans Jean 21 à partir du verset 15, juste après sa résurrection, Jésus est apparu aux disciples près de la mer de Tibériade. La première question que Jésus pose à Simon-Pierre est surprenante : M’aimes-tu ?

Une question qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe.

Mais une question qui trouve toute sa légitimité quand on se rappelle le commandement d’amour que Dieu nous donne dans Deutéronome 6 au verset 5. « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force ».

Que je t’aime Seigneur !

Mon cœur chavire en pensant à tes multiples attentions dont je fais l’objet depuis le ventre de ma mère. Je suis une créature si merveilleuse grâce à toi.

Tendrement, je désire te serrer fort sur mon cœur et n’être désormais qu’à toi !

Je t’aime Seigneur, tu sais que j’ai toujours voulu faire ce qui est bien.

T’avoir négligé jusqu’à ce jour me donne envie de pleurer.

Mais si tu voulais bien encore me faire grâce, je serai ton témoin jusqu’à la fin de ma vie.

Je suis à ton écoute et prête à toutes les réformes pour mon bien et celui de ton église.

Je le sais, tout ce qui est nouveau n’est pas forcément mauvais! Si seulement je voulais accepter de me laisser guider par toi.

Seigneur, si, jusque-là, je ne t’aime pas autant que je le dis, la seule alternative est de tomber éperdument amoureux de toi aujourd’hui et pour l’éternité !

Et vous, l’aimez-vous ?

Alors, si aujourd’hui, il venait et vous demandait : mon enfant m’aimes-tu ? Que lui répondriez-vous ?